ENTRETIEN AVEC AHMED ABOUTALEB, MAIRE DE ROTTERDAM ET PRÉSIDENT D’HONNEUR DE LA SEPTIÈME ÉDITION DU FICMEC

img

Dans ce court entretien, Ahmed ABOUTALEB, maire de Rotterdam parle de ses orientations culturelles, de son appartenance à la région du Rif et de sa joie d’avoir été choisi comme président d’honneur du festival de cinéma et mémoire commune de Nador. Le fils de Nador salue le festival qui va atteindre, cette année, sa septième édition

Pour ABOUTALEB, Nador est riche, mais pauvre sur le plan culturel. D’où la question sur le rôle des acteurs et des militants qui sont censés contribuer au financement des différentes activités à tous les niveaux pour promouvoir la vie culturelle de la ville

ABOUTALEB met en valeur les exploits réalisés par le Maroc, notamment dans le nord et particulièrement dans la région du Rif et souligne la difficulté de répartir les richesses de manière équitable, ce qui engendre des revendications

Enfin, en tant que musulman vivant en Hollande, ABOUTALEB parle de ses habitudes durant le mois sacré de ramadan

Vous présidez la septième édition du festival international de cinéma et mémoire commune. Quel est votre sentiment

C’est un très grand honneur pour moi qui suis originaire de la région, d’avoir été nommé président de la prochaine édition par les organisateurs du festival J’aime ma ville natale, j’aime également les manifestations culturelles qui ont pour but la sensibilisation et le développement social

Comment évaluez-vous le parcours de ce festival, surtout qu’il est le seul festival de cinéma au Rif et le seul festival régulier depuis sept ans

C’est un festival exceptionnel et unique en son genre dans le nord- est du pays. Nador, ou disons le Rif en général est une région riche sur le plan économique, mais en même temps pauvre sur le plan culturel. En vérité, c’est une situation étrange

Dans les pays occidentaux, les hommes d’affaires et les acteurs économiques participent à la réalisation de projets culturels et financent, pour leur propre compte, des rencontres culturelles

J’espère que cette situation changera dans un avenir très proche parce que la culture représente l’âme et l’identité d’une société

 

La Hollande est l’invitée d’honneur de la septième édition. Est-ce que c’est le prélude d’une future coopération, dans différents domaines, entre Nador et Rotterdam 

Je suis très fier de ce lien culturel qui s’est établi entre la Hollande et Nador. J’ai contribué modestement au développement de l’idée et souhaite que cette coopération continue, surtout que le Maroc et la Hollande sont liés par un demi-million d’individus qui ont un double sentiment et qui sont fiers de leurs deux cultures

Comment voyez-vous la vie culturelle dans la région du Rif et le développement qu’elle a connu durant ces dernières années 

Sur le plan économique, il me semble que le Maroc a fait d’importants investissements pendant les années précédentes. Une partie de cette richesse a été bien investie dans le nord. Quels que soient ces projets, la demande est toujours forte et les ambitions des citoyens croissantes

Dans le domaine politique, la répartition équitable des richesses d’une société est une opération très délicate. Dans ce cadre, le citoyen ne doit pas se limiter au rôle de spectateur qui attend que l’État s’approche de lui et réalise tous ses vœux. Il doit être au cœur de l’initiative pour contribuer lui-même au développement

Plus une ville est loin du Centre et plus la décentralisation est faible, plus il lui est difficile de faire connaitre au pouvoir central ses besoins économiques et culturels. Les visites rendues à la région par le Roi pendant ces dernières années ont participé à la réalisation d’importants projets, notamment la construction de routes et Marchica Med

Comment vivez-vous ramadan en Hollande ? Est-ce qu’il y a des dispositions particulières

Le mois sacré de ramadan en Hollande est un mois de travail et de jeûne à la fois, dans un pays où l’on ne ressent pas ce que je ressens en tant que musulman. Je travaille douze heures quotidiennement et je souhaite toujours arriver chez moi au moment de la rupture du jeûne. J’essaie pendant le week-end de passer un peu de temps avec ma famille et mes amis, et me rendre à la mosquée pour prier avec les jeûneurs

مواضيع متعلقة

اترك رداً